Home / Société / Lutte contre la malnutrition : les acteurs de la société civile se penchent sur le volet communication et plaidoyer

Lutte contre la malnutrition : les acteurs de la société civile se penchent sur le volet communication et plaidoyer

 

Justement,  c’est dans ce cadre que le Conseil National des Organisation de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG) a ouvert ce lundi, 07 octobre 2019 un atelier de partage et de renforcement des capacités des acteurs en nutrition,  mais surtout en communication et plaidoyer dans le sens de la mise en place de la stratégie multi sectorielle de lutte contre la mal nutrition.

Selon le président du CNOSCG, la Guinée fait partie des pays qui se trouvent  dans la zone d’insécurité alimentaire où le taux de mal nutrition est chronique et dépasse les 30%. C’est ainsi que les partenaires ont décidé d’appuyer la Guinée à se doter d’une politique nationale multi sectorielle de lutte contre la mal nutrition dans le pays.

« Pour la mise en œuvre de cette politique, le CNOSCG a été identifié comme organisation de la société civile qui va être chargée de la mise en œuvre de la composante mobilisation sociale de ce projet avec pour finalité de remettre à la surface la problématique de la mal nutrition. Aussi renforcer des capacités des organisations de la société civile à la base mais aussi des groupements femmes dans le cadre de la compréhension de la problématique de la mal nutrition,  mais également dans le cadre de l’amélioration des conditions d’alimentation des enfants, surtout de l’allaitement maternel », explique Dansa Kourouma.

Il a aussi indiqué qu’ils vont  former au compte de ce projet 600 personnes dans les 40 communes de convergence, les ONG qui seront formées dans les préfectures,  vont à leur tour former les groupements de femme dans les sous-préfectures.

On va les apprendre les actions essentielles en matière de nutrition alimentaire et les donner les messages clés pour renforcer l’allaitement paternel. Nous nous estimons que l’avenir de la Guinée se jugera par notre capacité à préparer les enfants pour la relève. Donc pour sauver la Guinée, il faut sauver la nutrition et les dirigeants doivent en prendre conscience. Ce n’est pas seulement un problème du ministère de la santé, c’est un problème de tous les départements ministériels. L’objectif est de permettre aux ONG, organisations de la société civile de comprendre la problématique et les enjeux de la nutrition et pouvoir faire le plaidoyer pour changer les mentalités à la fois des populations et attirer l’attention des décideurs sur les risques que notre pays court par rapport à la montée en puissance de la mal nutrition », rappelle le président du CNOSSCG

Dans ce projet, il y aura environ 120 organisations de la société civile à travers le pays qui vont encadrer une quarantaine de groupements  qui vont à leur tour faire des actions de sensibilisation. A la fin du projet, on s’attend à 6 mille âmes adolescentes qui vont bénéficier des informations de qualité dans le but de changer leurs habitudes et leur mode alimentaire surtout dans le cadre de l’allaitement maternel des enfants mais aussi des équilibres alimentaires pour les enfants qui ne sont pas allaités »,a-t-il ajouté

Mais pour la réussite effective du combat contre l’insécurité alimentaire en Guinée,  Dansa Kourouma a interpellé le chef de l’État qui a bien compris qu’il faut une politique multi sectorielle de lutte contre la mal nutrition de mettre les moyens qu’il faut et  les accompagnements techniques qu’il faut. «  Parce qu’on ne peut pas lutter contre l’insécurité alimentaire si on n’a pas d’argent », a laissé entendre Dansa Kourouma.

Facinet Camara 620794714

About Rédaction

Check Also

Guinée : 9ème édition du prix de l’excellence de la JCI

C’est une initiative qui a lieu chaque année depuis 2010. Elle vise à encourager les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares