Home / A la une / Guinée : 1 669 jeunes soldats formés et non intégrés dans l’armée

Guinée : 1 669 jeunes soldats formés et non intégrés dans l’armée

En 2009, 1669 jeunes ont été formés au maniement d’armes et de secrets militaires par le président du CNDD Capitaine Moussa Dadis Camara. C’était dans la perspective de leur recrutement dans les forces armées. Après leur formation, ces jeunes ont été envoyés au
centre d’instruction d’infanterie et de recyclage de Kissidougou où ils ont servi pendant des années avant de se voir dispersés de force en 2011. Ils se disent abandonnés à leur sort depuis cette date. Ils se sont finalement constitués en un Collectif.


Au cours d’un point de presse ce dimanche, 1er septembre 2019, ils ont fait un plaidoyer à l’endroit du président de la République en vue de leur immatriculation et leur incorporation dans l’armée.

« Du mardi 08 mars 2011 à nos jours, cela fait plus de huit (8) ans maintenant que nous attendons d’être rappelés comme nos amis des autres centres par les autorités militaires. Nous prions le président de la République, Chef de l’Etat, Commandant en Chef des forces armées, le professeur Alpha Condé de nous aider en posant un œil positif sur notre dossier. Car, il est le seul à pouvoir nous sauver de cette
misère et moment difficile que nous traversons en tant que jeunes patriotes de ce pays», indique Sena Doré, qui se déclare comme étant un soldat 2ème classe, et porte-parole du Collectif des jeunes militaires.

Pourtant, le porte-parole rappelle qu’ils ont été officiellement recrutés par les autorités compétentes de l’armée guinéenne en août 2009.

« Au terme de la procédure de recrutement, nous avons effectué une première formation commune de base de six (6) mois à Kaleah et au Km66 (CIAM). A la fin de cette première formation, l’ensemble de la
promotion a été reparti en quatre (4) groupes et envoyés dans quatre (4) différents centres d’instruction de l’armée (Kindia, Kankan, Falissadé et Kissidougou)» a-t-il rappelé.

Il ajoute que lui, son groupe a été affecté au centre d’instruction d’infanterie et de recyclage de Kissidougou (CIIRK) où les autorités ont jugé nécessaire de leur faire reprendre la procédure normale d’intégration dans l’armée, c’est ce qui fut fait.

« Une nouvelle formation que nous avions suivi encore du 30 mars 2010 jusqu’au 08 mars 2011. Au terme de notre formation complète, nous sommes restés en attente de notre immatriculation et notre prise en charge effective afin d’être affectés dans les différentes unités de l’armée » ajoute Sena Doré.

Il poursuit en disant c’est après tout cela qu’ils ont été surpris de la mauvaise nouvelle qui leur a été annoncée par le Directeur du Centre.

« Malheureusement, à notre surprise générale, notre Directeur du Centre, le Lieutenant-colonel Fayimba Mara, après ses multiples missions à Conakry, est venu annoncer au cours du rassemblement général du lundi, 07 mars 2011, que les autorités militaires ont mis croix sur toute la promotion. Cette douloureuse annonce a surpris et anéanti toute la promotion dans son espoir d’être engagée au sein des effectifs de l’armée guinéenne comme les autres centres. Cette triste
nouvelle qui a ému toute l’équipe a crée un malentendu entre les autorités militaires et nous », dénonce le porte-parole du Collectif des jeunes soldats.

Depuis cette date, ils ont mené plusieurs démarches à tous les niveaux afin de pouvoir connaitre leur sort définitif. Des démarches qui sont resté sans suite favorable. Face à cela, Fodé 1 Camara 2ème Compagnie a accusé certains responsables de la hiérarchie militaire d’avoir vendu leur numéro matricule à leurs parents.

« Ce qui a beaucoup terni notre image, c’est lorsqu’ils ont fait croire au président que nous sommes immatriculés après ils monté des rumeurs disant que ces des recrues forestières, c’est quelque chose
qui n’est pas bon dans ce pays. On a jamais entendu qu’il y a une armée Sousou, Malinké ou Forestier. On entend toujours l’armée républicaine mais dire partout que ce sont des jeunes forestiers qui sont scrutés dans ce groupe, c’est archi faux. C’est une manière de salir notre image pendant qu’ils ont vendu nos matricules à leurs collègues et à leurs parents. Sinon à un moment donné, le Président a eu la bonne foi en 2014 lorsqu’il était en France, il a dit de donner les matricules à tous ceux qui ont suivi un maniement d’arme. A partir de cela, ils se sont partagé les 1669 matricules pour faire croire au président que les 1669 recrues de Kissidougou sont immatriculées. Quelque chose qui n’est pas fait. Jusqu’à nos jours, aucun responsable ne peut se mettre devant le Président pour lui dire que les recrues en divagation ne sont pas pris en charge parce que tu ne peux pas dire à ton Chef aujourd’hui telle situation est réglée et tu reviens demain pour dire le contraire », a-t-il déclaré.

Le Collectif des jeunes soldats annonce que si rien n’est fait après cette communication, il entend rencontrer le président de la République pour lui donner la vraie version des faits face à ce qu’il qualifie de l’abandon.


Facinet Camara

About Rédaction

Check Also

Guinée : les cadres de l’Administration parlementaire désormais affiliés à la CNSS pour une couverture sociale

4 C’est ce mercredi, 27 novembre que la signature du protocole d’accord entre le Directeur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares